21.6.07

Faiseur ou Politicien: Sont-ils les Mêmes Choses?*

Faiseur ou Politicien: Sont-ils les Mêmes
Choses?*

par

Edward C. Paolella

21 juin 2007


"L’homme est né libre, et partout il est dans les fers."

Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social (1762)



Un faiseur, c’est quelqu’un qui fait des miracles. Un politicien, c’est quelqu’un qui dit des mensonges voulant que ses partisans les croient.



Au cinquième siècle avant notre ère, Socrate, le philosophe par excellence dans le monde occidental, quand ces disciples voulaient qu’il devienne sénateur de l’état-ville d’Athènes, a refusé la proposition. Pourquoi? Parce que, revendiquait Socrate, c’était impossible pour un homme comme lui-même. Lui, le politicien cherchait à gagner la victoire en mentant au peuple. Lui, Socrate, cherchait à gagner la sagesse en poursuivant la vérité et qu'il voulait donner à ses disciples les outils pour qu'ils puissent y arriver eux-mêmes.



En ce moment, la France se trouve à un carrefour: ou poursuivre les buts du passé, ou faire face au futur. Sa façon de vivre dans le passé sans le lâcher, la France saigne aujourd’hui. Elle doit faire face à cinq obstacles énormes: 1) le chômage, 2) le racisme, l’élitisme, la xénophobie, et le manque d’une éducation valable, 3) la réforme de l’enseignement supérieur, 4) la décentralisation de la bureaucratie gouvernementale, et 5) le manque de dirigeants pédagogues. Tous les cinq défis sont bien entrelacés, un fait qui aggrave la réalité énormément, et que doit affronter le nouveau président de la France.




Problème numéro un: le chômage. Les nombres de sans-emploi croîent quotidiennement. Comme aux États-Unis, les capitalistes veulent profiter en envoyant les emplois à l’étranger. Parce que les grandes entreprises préfèrent de "délocaliser" les travaux vers les pays à main d’oeuvre moins chère, car en le faisant, elles sont capables de couper ses frais soit associés avec les dépenses pour les matériaux, soit associés avec les réductions des salaires des employés qui gagnent beaucoup moins à l’étranger qu’en France. En outre, les syndicats de travailleurs possèdent tellement de pouvoir qu’ils ont la capacité de s’accrocher et de contrôler farouchement le nombre des gens qui travaillent et ceux qui sont exclus. Le nouveau président, comment fera-t-il pour résoudre ce dilemme?




Problèmes numéros deux et trois: le racisme, l’élitisme, la xénophobie, et le manque d’éducation parmi les "superflus," parmi les "oubliés," beaucoup d’ eux qui tirent ses origines des maghrébins, les musulmans de l’Afrique du Nord, et d'autres qui sont les descendants des immigrés musulmans du Pakistan.



Le monde a beaucoup changé depuis le 11 septembre 2001. Ce qui se passait en Algérie entre 1954 et 1962 se répète en Irak et même ailleurs autour du monde–la lutte contre le terrorisme et l’impérialisme. La France, à cause de son histoire d’impérialisme dans le passé, possède une vaste population d' immigrés, surtout des pays musulmans, y inclus du Proche-Orient, du Moyen-Orient, et de l’Extrême-Orient . La France a créé une sous-classe du peuple de couleur qui habite les ghettos dans "la Zone" (ou de la Cité), c’est-à-dire, dans les banlieues hors de Paris. Même s’ils sont les citoyens français, nés en France, le gouvernement les traitent comme otages. Ils ne reçoivent ni la même qualité d’éducation ni la même opportunité de travailler que reçoivent les français "blancs." Ils sont les habitants des immeubles qui s’écroulent et s’effondrent avec les gens entassés les uns sur les autres. Le nouveau président, comment fera-t-il pour arrêter la discrimination et l’inégalité qui existent parmi les musulmans et les gens de couleurs?




Problèmes numéros 4 et 5: la décentralisation de la bureaucratie et le manque de dirigeants pédagogues. Il y a trop de gaspillage d’argent et de talent dans la bureaucratie gouvernementale. Il faut donner les ressources aux collectivités plutôt à l’État de gérer les affaires et les besoins de ces gens qui demeurent dans les villes partout en France. Mais une telle solution de ces ennuis extrêmement épuisants requiert que la France trouve les vrais dirigeants pédagogues qui savent éduquer le peuple à tous les niveaux de la société. Il y a une barrière entre ceux qui reçoivent une éducation pour les élites et une seconde barrière bien inférieure pour les autres. Il faut employer tous les talents de tous les citoyens de la république. Mais sans les dirigeants sages, le nouveau président, comment fera-t-il pour gagner la confidence de ceux qui maintenant restent dehors?




Le nouveau président doit posséder les charmes d’un magicien extraordinaire et doit être en possession d’une baguette énormément puissante pour adresser tous ces dilemmes monumentaux–avec une histoire de l’exploitation non seulement des ressources matériaux de ces pays à l’étranger, mais aussi avec une histoire beaucoup plus farouche de l’exploitation de ces êtres humains, par leur dégradation, leur déchéance, et leur avilissement–tous ces maux affligés pendant longtemps qui continueront à exister en la France du vingt et unième siècle.




*Je me suis inspiré de l’article "Après les élections: Les urgences du nouveau président" par Stanley Hoffmann dans France-Amérique.

Et je remercie beaucoup Professeur Nicole Cherry de ses corrections de grammaire, de vocabulaire, et de style. Toutes les fautes qui restent sont les miennes.


1 comment:

Biby Cletus said...

Hi, i just surfed in searching for interesting blogs on Spirituality, you have a cool blog. Do keep up the good work. I'll be back even though i live far from where you live. its nice to be able to see what people from across the world thinks.

Warm Regards from the Other Side of the Moon.

On a related note perhaps you might find the following link interesting. Its propossing a theory and i'll like to hear your take on the subject via comments. See ya...

Was
Jesus an Essenes ?


Bibby

Kerala, India